dimanche 18 juin 2017

Etre papa de judoka c'est ...



Hey les papas ! Ça va être votre fête ! Pas de raison qu'il y en ai que pour les mamans. Ça se sent que je suis un papa ... ;-) J'ai une petite fille qui a juste un an. Là right now je ne sais pas si elle fera du judo ou non. Qui vivra, verra comme dit le dicton.

En attendant, je vais laisser la parole aux papas professionnels, aux papas qui ont plus d'expérience, aux papas de judoka : Wesley, Philippe, Eric, David (je précise que ce n'est pas moi. C'est un petit chanceux qui habite un coin de paradis) et Christophe. Ils ont très gentiment accepté mon invitation à partager leurs expériences avec nous. On sent la fierté, la peur, la joie, l'envie et la vie. Un très jolie moment à lire. 



Wesley papa d'une judokate.

Il y à peu de temps David - le créateur de ce blog - me posa la question: "Etre papa de judoka c'est quoi ?..." Moi même judoka , ma fille Loéline m'a accompagnée sur les tatamis depuis qu'elle a appris à marcher, quoi de plus sûr que les tatamis pour apprendre à marcher et à chuter ? 

L'inscrire au judo était pour moi une évidence car j'étais désireux de lui apporter des bases sportives dès son plus jeune âge et de partager une passion avec elle. Je souhaitais aussi lui apporter le côté martial, le respect et tout ce qui représentent les valeurs et le code moral du judo. Conscient que ces valeurs lui seront utiles aussi bien dans tous autres sports qu'elle souhaiterait pratiquer que dans ses autres activités futures. 

Mais papa de judoka c'est quoi? Et bien c'est passer de l'autre coté du tatami, c'est passer sur le banc et regarder son enfant apprendre à chuter à droite comme à gauche, se faire mal, mais se relever et partager la fatigue de l'entraînement bien fait, c'est aussi redécouvrir le bonheur et la fierté du passages de ceintures de couleurs et visualiser les progressions. 

Alors papa de judokate c'est quoi ? ... Du bonheur David !

Philippe judoka au Judo Club Tavellois et papa d'un judoka

Être papa de judoka quand on est soi-même judoka, c'est un peu un rêve qui se réalise. Ça commence quand il est tout petit, qu'il connaît ses premières confrontations. On le suit, on vibre, on est content quand il s'impose, on le console et le remotive quand c'est le contraire.

Et puis les années passent, et les épreuves aussi, surtout quand il fait de la compétition. Premiers résultats, premiers podiums, les couleurs de ceintures qui se succèdent… et puis arrive le jour où il intègre le cours des adultes. 

Et là, c'est magique de pouvoir pratiquer ensemble, face à face, l'accompagner sur le chemin de la noire. 

Et après, il ne reste plus qu'une étape, que secrètement on espère arriver le plus tard possible mais dont on sait qu'on sera fier quand elle arrivera, celle où l'élève dépasse le maître, l'enfant dépasse le père.

Eric papa d'un judoka et d'une ju-jitsukate
Etre père d’un judoka, qu’est ce que cela signifie ? Voila une bonne question ! Dans mon cas c’est plus être père d’un judoka et père d’une ju-jitsukate ! Mais dans les deux cas c’est pareil, être père de judoka (ju-jitsukate) c’est : 

- Être à leurs côtés pour les soutenir pendant les entrainements et les compétitions, 
- Être inquiet quand on les voit pleurer ou crier pendant les combats après une chute un peu violente, 
- Être angoissé lors du passage de ceinture, 
- Être l‘infirmier en cas de petit bobo (bon ok pour moi c’est plus facile parce que c’est mon job et je le fais aussi sur les autres enfants, mais quand même !) 

Être père de judoka ou de ju-jitsukate c’est aussi et surtout : 

- Être fier d’avoir des enfants qui se sont intéressés à ta passion, 
- Être heureux de voir leurs sourires sur les podiums, à la fin de l’entrainement ou lors d’un passage de grade, 
- Passer de bons moments de complicité avec eux sur les tatamis du club ou des compétitions (duo-système), 
- Être particulièrement fier d’eux quand tu vois que le code moral, l’amitié, le respect, la modestie, le courage etc est devenu pour eux « normal ». A tel point qu’ils vont discuter, rire et jouer avec les « adversaires » de leur poule avant les combats et que ensuite ils finissent ensemble dans les vestiaires ou les tribunes a encourager les copains qui eux n’ont pas encore terminé. 

Oui être père d’un judoka et d’une ju-jitsukate c’est les regarder grandir, évoluer, s’épanouir avec fierté. Mais c’est aussi accepter qu’ils fassent une pause avec le dojo, quand eux ne se retrouvent plus complètement dans ce sport, ou quand ils ont envie de découvrir autre chose. Cela n’est pas vraiment un problème car je sais qu’ils reviendront (comme je l’ai fait) un jour ou l’autre dans un dojo pour pratiquer à nouveau ce merveilleux moment de partage et d’amitié qu’est le judo.

David judoka au Budokan Judo Arts Martiaux et papa d'un (ex) judoka et d'une judokate


Être papa d’un judoka.. C’est d’abord accompagner son enfant à une activité sportive… et parfois s’y prendre. 

J’ai amené mon fils au judo en arrivant en Polynésie, il avait 4 ans. Manque de confiance en soi, perte de repère et plus de copains. Le judo véhicule des valeurs saines, a un code moral et pour un jeune enfant est plutôt ludique. Les premières séances ont été fructueuses.

Le professeur m’a proposé de monter sur le tapis… 36 ans. Plus de sport depuis longtemps. J’ai mordu ! 

Mon fils a arrêté pour le foot, même si le judo est encore en tète. Ma fille de 6 ans a commencé il y a 2 ans, et aujourd’hui, j’ai ma ceinture marron et je l’accompagne sur le tapis en assistant le prof durant le cours. Elle a fait ses premières compétitions et adore ça ! 
Être papa de judoka, c’est l’accompagner, la féliciter, l’encourager, la motiver aussi, parfois. Mais c’est avant tout, partager un plaisir ! Celui de faire une discipline qui est plus qu’un sport !

Christophe papa d'un judoka membre du Judo Club et Ju-Jitsu de Pont Salomon


Papa d'un judoka de 11 ans et demi, cela fait maintenant 7 et demi que mon fils a commencé le judo. D'ailleurs j'ai commence le judo en même temps que lui pour reprendre une activité sportive. Nous partageons notre passion depuis ce temps. C'est un compétiteur et un bon judoka. Cette année il était même en sport étude judo.

C'est un guerrier malgré une vie difficile car il a perdu sa maman a l'agence de 7 ans mais il en a fait une force et je suis toujours aussi émerveillé de le voir combattre je suis un papa judoka fier de son fils meilleur judoka encore.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire