dimanche 21 février 2021

Les vertus de l'échec

Article cestquoitonkim - judo - Les vertus de l'échec
Cet article sur le livre Les vertus de l'échec de Charles PEPIN aux éditions Pocket est rédigé en toute indépendance. Il ne bénéficie pas d'un partenariat entre les éditions Pocket et le blog www.cestquoitonkim.com. Le livre est disponible en cliquant sur les liens dans l'article.
 

On a tous connu au moins une fois dans notre vie un échec, une difficulté que ce soit dans la vie ou au judo. Comment le gérer ? Un échec, est-il mal en soit ? Doit-on avoir peur d'en parler ? L'échec, est-il la définition de notre personne ? Comment le judo peut nous aider ?

Je peux déjà vous donner ma conclusion concernant le livre de Charles PEPIN :"Les vertus de l'échec" aux éditions Allary (version brochée) ou pocket (version de poche). C'est un livre à mettre entre toutes les mains et notamment celles des judoka.te.s. Pour moi, cela fait partie des livres incontournables. Tout comme le livre "L'esprit du judo", la version poche est à moins de 10 euros (prix constaté 2021). Alors autant ne pas se priver de sa sagesse. Je vous donne mon humble avis.

Charles PEPIN, écrivain et philosophe, démontre, dans un langage accessible à tous, l'importance de l'échec dans la construction de chacun d'entre nous. Page après page, ce livre a une influence positive sur la perception de l'échec. Pour appuyer les arguments, le livre est ponctué de nombreux exemples et illustration issus du sport, de la culture et de la philosophie. C'est une véritable invitation à découvrir et à prendre de la hauteur. Le livre se lit facilement et j'ai tourné les pages sans m'en rendre compte.

Ce livre m'a interpellé à plus d'un titre. En tant que parent de deux filles, et notamment d'un enfant avec une particularité génétique. Le livre parle de l'école et avec bienveillance l'auteur, professeur par ailleurs, aborde le rôle de celle-ci dans l'éducation (ou la non-éducation) à l'échec. Il y a matière à être attentif et à relativiser l'échec à l'école.

En tant que personne et en tant que judoka, ce livre m'a fait prendre conscience que nous sommes chanceux de faire du judo. J'ai déjà eu l'occasion par le passé de vous parler de ma découverte du triptyque : shin (l'esprit), gi (la technique), tai (le corps). Le judo, et le livre l'esprit du judo en parlait très bien, est au-delà des techniques un vecteur d'éducation de l'esprit. La culture de l'échec fait partie du bagage des judoka.te.s. D'ailleurs, le livre "Les vertus de l'échec", donne plusieurs fois des exemples issus du judo. Je vous cite un passage :

"Le judo offre une belle métaphore de la manière dont l’échec rend humble et, par la même, nourrit la possibilité du succès futur. Dans ce corps à corps, chaque adversaire peut envoyer l’autre au sol à chaque instant. C’est pourquoi les jeunes judokas commencent par apprendre à tomber. C’est-à-dire à bien tomber : sans se crisper, en roulant avec souplesse et fluidité, en accompagnant leur chute d’une sorte d’assentiment."

Cela m'a tout de suite fait penser à la citation de Jigoro Kano " On ne juge pas un homme sur le nombre de fois qu’il tombe mais sur le nombre de fois qu’il se relève." Et c'est là où je mesure notre chance d'avoir été éduqué à accueillir les échecs comme autant de façon de progresser. Une éducation qui n'est pas nécessairement celle prônée hors des dojos où parfois l'échec se confond avec notre identité.

Je vous invite vraiment à lire ce livre très court et très bien écrit par Charles PEPIN. J'ai eu plaisir à le lire, à découvrir que le judo en faisait parti. Je ne peux que vous inviter à le faire connaître autour de vous, sentez vous libre de le faire.

mardi 29 décembre 2020

Bilan 2020 du blog cestquoitonkim


 

Enfin ! 2020 se termine. Vivement 2021 et le (probable) retour dans nos dojos. Je croise les doigts pour nous tous et pour nos kims (que dis-je nos judogis) qui prennent la poussière. Cet article est l'occasion de faire le bilan du blog en 2020. Mine de rien quelques articles et vidéos ont été publiés. Vous les connaissez tous ? Est-ce que certains étaient plus intéressant pour vous que d'autres. Indiquez-le-moi en commentaire ça m'intéresse. Ça me fera réfléchir pour 2021. 

D'ailleurs, si vous avez envie d'écrire de temps en temps, ou juste de tester une fois par curiosité sans avoir à gérer un blog, vous pouvez devenir rédacteur bénévole en 2021. Oui ! j'ai envie de tenter l'expérience de l'ouverture du blog encore un peu plus grande :-) Alors si ça vous intéresse de devenir rédacteur bénévole pour le blog dite le moi ici : je souhaite devenir rédacteur.e bénévole pour le blog.

Revenons à 2020, c'était comment ?

Je vous avais annoncé lors du bilan 2019 que j'avais intégré une Direction Innovation et Digitale. Je mets à profit ce que j'apprends à travers la gestion du blog et je m'éclate. Vraiment, c'est top ! J'ai encore beaucoup à apprendre. Je suis en pleine réflexion pour me former et progresser dans le domaine de l'innovation et du digital (marketing digital, data ..). Si vous avez des idées, des conseils, des contacts ... on en parle avec plaisir. Je cherche une formation.

Sur le plan perso. on repassera pour la bonne résolution de faire plus de sport en 2020 ... Même si mon vélo d'appartement m'a bien servi et malgré tout, de temps en temps, quelques séances de burpees font du bien. Rien de fou fou ... Et vous, c'était comment 2020 question sport ? Vous avez trouvé des moyens pour continuer malgré les contraintes de 2020 ? 

Concernant le blog, 20 articles ont été publiés sur cestquoitonkim.com, 2 sur le site de France Bleu (et oui j'ai fait mon journaliste en 2020 :-) ) et j'ai mis en ligne 14 vidéos. Moi qui avais l'impression de ne pas avoir fait assez, finalement, je m'en sors plutôt bien. Je ne sais pas ce que vous en pensez. Indiquez-le-moi en commentaire. Votre retour est précieux pour me faire progresser. J'ai aussi publié de nombreuses newsletters en 2020. Pas toujours simple d'être régulier par contre. 

Je profite de ce bilan pour remercier Alban, Cédric, Cr, Damien, Denis, Eric, Jean-Yves, Julie, Pierre-Louis, Quentin et Valérie qui m'ont soutenu pour renouveler mon engagement avec le blog cet été. C'était un moment fort pour moi. Un grand merci aussi à toutes les personnes et les marques qui ont aussi contribué à rendre possible le partage de contenu : Outshock et Ippon Gear pour les marques, Valérie Gerhards coach mentale de Sarah-Léonie Cysique, Eric, Hector Luis Marino, Sylvain, Marie des Arts martiaux pays de la mossig, Morgan Girardeau, Michel Conte, Anthony du blog fort dans la tête, Rees Dale, Jean-Noël et Claire Guillaud.

Les 20 articles sur cestquoitonkim.com

 Les 2 articles sur le site de France bleu

Les 14 vidéos sur Youtube

 

Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année et une excellente année 2021.

Bye

David

 

 


Fiche marque : Outshock

La marque

Patience bientôt la fiche sera mise à jour ;-)





Le blog donne son avis [cliquer sur les images]



Judo 900
Judo 500

Judo 100


Et les lecteurs du blog donnent aussi leur avis

Petit conseil pour publier votre avis, saisissez le "[Nom du modèle] acheté le : " puis votre avis en commençant par donner une note sur 5. Par exemple, "JFIT J930 ADIDAS acheté le 01/01/2014 : 4/5, mon avis, point fort, point d'amélioration". Vous pouvez aussi donner votre commentaire en allant directement sur la page d'un kim dont le blog a donné son avis.

samedi 12 décembre 2020

3 questions à Claire Guillaud

 


Nouveau sur le blog, je vous propose des interviews ultra courtes et collaboratives. Ultra courtes car seulement 3 questions. Collaboratives car si vous le souhaitez un deuxième épisode pourra être produit en posant vos questions ici : je pose une question. Et si vous aimez je vous invite à partager le lien de l'article sur tous vos réseaux sociaux pour faire connaître Claire Guillaud et le projet du blog cestquoitonkim. Si vous souhaitez recevoir par mail les liens vers les prochains articles cliquez sur : je m'inscris. Je vous laisse en bonne compagnie avec Claire. Bonne lecture. 

 

 Claire Guillaud, 45 ans, Guadeloupéenne, ancienne judokate.
En quelque ligne, je vous raconte mon vécu, mes passions.




 

 

 

 

 

 

 

 Qui es tu ? (Présent)

1. Le Judo et moi 

C’est à Bordeaux, à l’âge de 14 ans, que j’ai découvert le judo, particulièrement en allant voir mon frère Jean-Noël lors de ses entrainements : http://www.cestquoitonkim.com/2020/11/3-questions-jean-noel-guillaud.html

De ce fait, je me suis inscrite quelques années plus tard. J’ai par la suite obtenue la ceinture noire 1er dan à mes 18 ans.

2. Mon parcours professionnel 

Militaire pendant de nombreuses années, précisément de mars 2000 à octobre 2020, j’ai pu gravir tous les grades d’engagée volontaire de l’armée de terre, notamment le « Service de Santé », en passant par le grade de soldat à Caporal-chef de 1re classe.

J’ai fait une reconversion dans la fonction publique d’état en tant qu’adjointe administrative et je suis désormais jeune retraitée militaire.

3. Claire à la radio 

Passionnée de musique, de danse et de communication, (Paris, 2014), j’ai eu l’honneur d’être contactée par Monsieur François HARPON dit « Yespapa » (chanteur, animateur radio, présentateur d’évènements) qui m’a donné l’opportunité de devenir coordinatrice d’une émission de « danses » sur P2M radio (web radio Caribéenne). Il m’a donné l’opportunité de faire l’avant-première du Zénith (Paris) David et Gino « Humoristes », sur une prestation de Kizomba avec mon partenaire de danse Olivier « Inekonito » sur l’un des titres de son album «Ambians’ la bon ». 

J’ai donc eu à ma charge, une grande responsabilité et une organisation qui m’a permis de préparer et de recevoir de très bons artistes. J’ai pu aussi proposer des émissions à thèmes tels que l’humour, la danse et comme collaboratrice, j’avais en charge la préparation des plateaux radios et la diffusion sur les réseaux sociaux (Facebook, instagram).

Dans la continuité de mon apprentissage sur le terrain, Madame Linda Nègre m’a proposé de passer derrière le micro, en me lançant en tant qu’animatrice radio, animant seule, mes propres émissions de « danses » sur Radio Fanfanmizik (web radio).

 

D'où viens tu ? (passé)

Née en Guadeloupe, je suis arrivée très jeune en métropole, à l’âge de mes trois ans. J’ai grandi et étudié à Bordeaux. (Une famille nombreuse 5 enfants) 
 
Issue d’une famille de sportive, je suis passée par 4 clubs de la Gironde JSSE Ste Eulalie (Ste Eulalie). Le Club Lormontais des arts martiaux CLAM) (Lormont), L'amicale Léonard Lenoir Montaud Nuit (Bordeaux Bastide) et le Club d’Eysines

J’ai eu l’occasion d’entreprendre de nombreux sports dès mon plus jeune âge tel que : majorette, danse moderne, gymnastique sportive (avec agrès), et judo de niveau national dans la région Bordelaise et international au niveau militaire.


Grâce à mes parents, qui sont de grands passionnés du sport, avec leur accord, j’ai intégré le sport-étude judo de Bordeaux. J’ai cumulé pendant ma carrière d’athlète les titres et les palmarès, de niveau national (civil, scolaire) et international militaire.

J’ai intégré l’équipe de France militaire de Judo en 2000, date de mon entrée à l’Armée et jusqu’à 2009.
 
J’ai été plusieurs fois médaillées aux championnats de France Militaire : dont mon titre de Championne de France en individuelle qui m’a permis mes sélections en Championnats du Monde Militaire. 
 
  • le premier en Hollande en 2000 où j’ai eu l’honneur d’être le porte drapeau de l’équipe de France Militaire  
  • le deuxième Championnat du monde en Azerbaïdjan avec une 5ième place par équipe et la 5ième place en individuelle en « 2004 »

Grande Passionnée, je me suis aussi investie en transmettant mon savoir et mon énergie dans la formation de jeunes judokas lors de mon affectation à Lyon pendant deux ans en obtenant le Certificat Fédéral d’Enseignement provisoire Bénévole (CFEPB) en 2006 en collaboration avec mon frère Jean-Noël
 

En 2009, suite à une blessure aux genoux, j’ai dû arrêter la compétition. J’obtiens en 2010, la Médaille de la Défense nationale échelon «Argent ».

J’ai été récompensée en obtenant la Médaille de la Jeunesse et des Sports échelon «Bronze» en 2012. L’année suivante, j’ai eu mon institution militaire, qui a voulu mettre à l’honneur une femme sportive de haut niveau et Militaire, « un article consacré à la journée de la femme », ce fut une grande consécration et grande fierté pour moi.

Par la suite, j’ai intégrée le groupe de bénévolontaires de la FFJDA. A ce titre, j’ai participé à l’organisation du Tournoi International de Judo à Paris-Bercy 2013 où j’ai pu assuré, l’accueil des Athlètes Mondiaux.
En tant que jeune journaliste, J’ai eu la chance d'interviewer, au Tournoi International de judo à Paris-Bercy 2019 (Grand Slam), la championne Olympique (2016) « Emilie Andéol ». (Voir le lien : https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=10219186643963533&id=1430996916 )

C’est en 2015 que j’obtiens la Médaille de la Défense Nationale échelon « Or ».
Où vas-tu ? (futur)

Dans mon futur, j’aimerai voyager à l’étranger, pour me perfectionner dans la danse, spécialement en Kizomba et Salsa, continuer mes interviews en radio ou dans divers manifestations (sportives ou autres),

Ce que j’aimerai faire, aussi c’est d’obtenir une formation diplômante d’animatrice radio et de management artistique reconnue par l’état.

Je me vois finaliser, un jour, ma ceinture noire deuxième dan, « J’ai tout ce qu’il faut pour passer ma deuxième dan mais je n’ai jamais eu le temps de préparer les KATAS et les UV pour l’obtenir », continuer à encourager l’Equipe de France de judo au Grand Slam et aux Jeux Olympique de PARIS 2024 car le judo fera toujours partie de ma vie.

https://www.facebook.com/story.php?story_fbid=10221115439062205&id=1430996916

 

samedi 14 novembre 2020

3 questions à Jean Noël Guillaud

 

Jean Noel Guillaud - Judo - Cestquoitonkim

Nouveau sur le blog, je vous propose des interviews ultra courtes et collaboratives. Ultra courtes car seulement 3 questions. Collaboratives car si vous le souhaitez un deuxième épisode pourra être produit en posant vos questions ici : je pose une question. Et si vous aimez je vous invite à partager le lien de l'article sur tous vos réseaux sociaux pour faire connaître Jean Noël Guillaud et le projet du blog cestquoitonkim. Si vous souhaitez recevoir par mail les liens vers les prochains articles cliquez sur : je m'inscris. Je vous laisse en bonne compagnie avec Jean Noël. Bonne lecture.

 

Qui es tu ? (Présent)

Je m'appelle Jean Noël Guillaud, j'ai 42 ans, et je suis le fier papa d'une fille de 19 ans qui est ceinture noire de judo et je suis marié à Aline Guillaud qui est commissaire sportif régional. Je suis judoka, actuellement 4e Dan et depuis 16 ans professeur de judo. Actuellement au club de ste Eulalie près de Bordeaux, je suis également arbitre inter ligue et formateurs dans l'école des jeunes arbitres de la Gironde.

Mais étant un fou de sport , je suis également professeur de Football depuis quelques années au club de ste Eulalie, car je suis un amoureux du sport divers et varié , j'aime diversifier mes activités et apporter ma passion du sport aux jeunes de tous horizons. Et comme il n'y en a jamais assez, je suis agent de sécurité depuis 15 ans pour de nombreux événements, comme des concerts ou des matchs de foot au stade MATMUT atlantique pour protéger les spectateurs, mais aussi pour être en communion avec les Girondins de Bordeaux. Avec toutes ces activités , je passe peu de temps au sein de mon foyer, mais lorsque je n'ai rien à faire, je me trouve toujours une occupation liée au sport. 

Jean Noel Guillaud - Judo - Cestquoitonkim


D'ou viens tu ? (Passé)

Né en Guadeloupe, je suis arrivé très jeune en métropole, j'ai commencé le judo à Lormont à l'âge de 6 ans et demi, je suis passé par 3 clubs de la Gironde ,le Club Lormontais des arts martiaux (CLAM) (Lormont), L'amicale Léonard Lenoir Montaud (Bordeaux Bastide), JSSE Ste Eulalie (Ste Eulalie). Depuis très jeune, je faisais plusieurs sports , toujours avec le judo, j'ai fait de la gymnastique, du Handball, du Football, du Badminton, et le week-end il m'arrivait de faire deux compétitions le même jour, j'étais insatiable, je vivais du sport intensément et j'ai donné le meilleur de moi-même dans tout ce que je faisais, en effet je me suis qualifié dans plusieurs championnats de France, dans différentes fédérations et dans différents sports.

Reconnaissant de ce que m'ont apporté les clubs par lesquels je suis passé en tant que judoka, naturellement, j'ai passé mon diplôme d'État et donc ma ceinture noire deuxième dan pour faire de ma passion mon métier , j'ai pris la tête d'une annexe de proximité en 2004 au club de Lormont, j'ai réussi à en faire un groupe avec des compétences diverses , comme la compétition, mais aussi les katas, l'arbitrage et le commissariat sportif.

N'aimant pas l'injustice, j'ai décidé de passer de l'autre côté, afin de comprendre le fonctionnement de l'arbitrage, à l'époque une école de jeunes arbitres s'est formée en gironde, je me suis inscrit en minime, je ne me suis jamais arrêté d'arbitrer, j'ai obtenu le diplôme de palme bronze le 22 novembre 2017 pour mon engagement dans l'arbitrage.

En 2011, j'ai participé en tant que bénévole volontaire à l'organisation des championnats du monde du judo. Lors de ses championnats, j'ai accueilli les différentes équipes dans les gares avant la compétition. Puis pendant la compétition, j'étais dans l'équipe de sécurité de l'équipe de France. Comme pour les combats de TEDDY RINER et en 2013 au Grand SLAM de Paris (Accord Arena (Paris Bercy)), c'était une expérience enrichissante et un rêve devenu réalité. 

Jean Noël Guillaud - Judo - Cestquoitonkim

Où va tu ? (Futur)

Je me vois, dans mon futur continuer à partager mon expérience auprès de nouveaux élèves et former l'un d'entre eux à l'enseignement, obtenir mon 5 ème Dan, recevoir mon titre d'arbitre national. Mais aussi participer à un championnat d'Europe au master Vétéran, ce serait pour moi un accomplissement dans ma carrière de sportif. Enfin, aimant les voyages, moi, mon épouse, et ma fille souhaitons très fortement aller au Japon, là ou tout à commencer pour le judo. 
 
Jean Noel Guillaud - Judo - Cestquoitonkim

 
 
Une dernière photo bonus, retrouverez vous Jean-Noël ?
 

 

mercredi 21 octobre 2020

Réaliser un film inspirant sur le judo / Making an inspiring film about judo - Rees Dale

Making an inspiring film about judo. Rees Dale
 

Rees Dale - version Française

Rees Dale - English version

 

Rees Dale - version Française :


Le projet: Réaliser un film inspirant sur le judo de Rees Dale

Mon amour du judo m'a amené à commencer la production d'un film documentaire sur un groupe de jeunes femmes incroyables dans les régions rurales du centre de l'Inde. Elles ont surmonté les violences et la discrimination en tant qu'aveugles dans une société très dur envers le handicap. Elles utilisent le judo, le sport que j'aime, pour reconstruire leur vie.

Venant d'une famille touchée par la cécité, cette histoire n'a que plus d'intérêt pour moi. J'ai vu comment cela a affecté ma grand-mère vers la fin de sa vie et d'autres membres de ma famille.

Ayant vécu en Inde pendant de nombreuses années avant de déménager en Allemagne, où je suis maintenant basé, je suis d'autant plus conscient de la façon dont les déficiences visuelles peuvent affecter les personnes dans ce pays.

Mais la façon dont ces femmes ont utilisé leur judo pour reconstruire leur confiance, leur estime de soi et toute leur vie est vraiment inspirante et je suis enthousiaste, privilégiée et honorée de porter leur histoire à l'écran.

Le judo m'a beaucoup apporté dans ma vie, y compris la confiance d'apparaître en public pour lever des fonds pour ce film.

Nous collectons des fonds via un financement participatif pour lequel je sollicite, auprès de toute la communauté du judo, le moindre euro qu'il vous sera possible de nous donner pour aider à faire un beau film inspirant pour le monde entier afin de voir ce que notre merveilleux sport peut faire pour tous les gens qui y participent.

J'espère que le film encouragera davantage de personnes, filles, femmes, hommes, voyants et non voyants à venir vers notre sport et contribuera à éradiquer les violences contre les femmes en Inde et dans d'autres parties du monde.

Les personnages de notre film ont trouvé dans le judo le moyen idéal pour lutter contre leur situation et je demande très humblement l'aide de tout le monde pour collecter les fonds dont nous avons besoin pour que ce film soit fait et, surtout, vu.

Merci de nous soutenir dans la réalisation de ce film: https://gogetfunding.com/azadifilm/

J'espère pouvoir vous voir tous sur un tatami bientôt.

  Présentation en anglais
 
Qui est Rees Dale ?

Rees Dale est un monteur et réalisateur, il a travaillé sur divers films et productions télévisuelles en tant que monteur et en post-production et a réalisé de nombreuses publicités télévisées et deux courts documentaires récents, The Longest Journey & My Name is Aum,

Il est également ceinture noire de judo.

Il a commencer le judo relativement tard (26 ans). Après avoir été un joueur de rugby pendant toute sa jeunesse, une blessure a stoppé sa progression vers une carrière professionnelle de rugby. Pendant quelques années après sa blessure, il a lutté pour redécouvrir son amour du rugby, et a gardé la forme dans une salle de sport, au football puis au taekwondo. Mais il lui manquait quelque chose que le rugby lui avait apporté, probablement le contact et le côté physique.

Puis, il a quitté son Pays de Galles natal pour travailler et s'est retrouvé proche d'un club de judo (Finndai, Helsinki) et il a senti le besoin de s'inscrire. Au fur et à mesure de sa progression dans le cinéma et la télévision, il a continué son parcours judo à travers le monde (Bombay Judo Club à Mumbai, Malte Judo Academy à Malte et maintenant DJK à Berlin) jusqu'à, finalement, 15 ans environs plus tard, son amour du judo et du cinéma se rejoignent avec ce projet. 




Rees Dale - English version :


The project : Making an inspiring film about judo by Rees Dale

My love of judo has led me to beginning production on a documentary film about a group of incredible young women in rural central India, They have overcome abuse and discrimination from being blind in what is a very unforgiving society towards the disabled and are using judo, the sport I love, to rebuild their lives.

Having come from a family affected by blindness, this story has become even more important to me. I have seen how it affected my grandmother towards the end of her life and others in my family.

Having lived in India for many years before moving to Germany, where I am now based, I am even more aware of how visual impairments can affect people there.

But the way these women have used their judo to rebuild their confidence, self esteem and their entire lives is truly inspiring and I am excited, privileged and honoured to be bringing their story to the screen.

Judo has given me a great deal in my life, including the confidence to appear in public to raise funding for this film.

We are raising funds via crowdfunding and I am asking the entire judo community for any penny they might be able to spare to help us make a beautiful, inspiring film for the whole world to see what our wonderful sport can do for all people who take part.

I hope the film encourages more people, girls, women, men, sighted and non sighted to our sport and helps to eridicate abuse against women in India and other parts of the world.

The characters in our film have found judo the perfect way in fighting back against their situation and I really humbly ask for everyone's help in raising the funds we need to get this film both made and, importantly, seen.

Please support us in the making of this film: https://gogetfunding.com/azadifilm/

I hope to be able to see you all on a tatami soon.

 
Who is Rees Dale ?

Rees Dale is an editor and director he has worked on various films and television productions as an editor and within post-production and has directed many TV commercials and two recent short documentaries, The Longest Journey & My Name is Aum,

He is also a black belt in judo

He came to Judo relatively late in life (age 26). After having been a rugby player for his entire youth, injury stopped his progress into a professional rugby career. For some years after his injury, he struggled to rediscover his love for rugby but kept fit in a gym, football and then taekwondo. But he was missing something he got from rugby, probably the contact and physicality.

Then, he left his native Wales to work and found himself close to a judo club (Finndai, Helsinki) and had to join in. As he grew his career in film and television, he continued his judo journey around the world (Bombay Judo Club in Mumbai, Malta Judo Academy in Malta & now DJK in Berlin) until finally, 15 years or more later, his love of judo and film have come together with this project. 
 


samedi 26 septembre 2020

Obligations et trousse de soins du club

 



par Eric GUILLOUSSOU, cadre infirmier de santé.
Judoka au 54 R.A. dojo des palmiers - www.54-ra-dojodespalmiers.fr - Page Facebook 54 R.A. dojo des palmiers
 

La sécurité des judokas est une idée presque obsessionnelle des clubs. Afin de limiter les risques sur les tatamis : la formation et la prévention sont de rigueur. Ainsi les clubs, à l’instar du judoka doivent posséder une trousse de soins adaptée.

Les clubs de judo ont des obligations réglementaires en matière de sécurité et de détention d’une trousse de soin.

Code du sport Art. R322-4 :

« Les établissements d’activités physiques et sportives doivent disposer :
- d’une trousse de secours destinée à apporter les premiers soins en cas d’accident ;
- d'un moyen de communication permettant d’alerter rapidement les services de secours ;
- d'un tableau d’organisation des secours (comportant les adresses et n° de téléphone des personnes et organismes susceptibles d’intervenir en cas d’urgence). »


Ainsi il convient pour le club de réaliser un tableau récapitulatif des adresses et numéros de téléphone des secours. Le meilleur affichage reste à proximité immédiat du téléphone. 
 
 
Urgence vitale = SAMU 15
Urgences (non vitale, feu etc) = pompier 18 ne pas raccrocher avant que l’opérateur vous invite à le faire.
Appel d’urgence international 112
Médecin proche du dojo
Responsable du club (président)
Sensei
Responsable du local (gardien, mairie...)


 


Il sera bon de mettre un aide-mémoire, une main courante et un crayon à côté du téléphone.

Voici un exemple d’aide-mémoire :

« Bonjour, je m’appelle....... (vous pouvez ici indiquer si vous êtes secouriste ou soignant par exemple) Je vous appelle du dojo .... à l’adresse suivante ........ pour ..... (nombre) victime(s). Mon numéro de téléphone où vous pouvez m’appeler est le : .............. (inscrire ici le numéro avec le poste que vous appelez) »


Puis décrivez les circonstances de l’accident et si la victime prend un traitement médicamenteux (si vous le savez).

Donner un bilan vital :
- la personne est consciente ou non ?
- respire-t-elle ou non ? A quelle rythme (rapide ou lentement).
- fait-elle un bruit particulier en respirant ?
- avez-vous ou non un pouls ? Si oui à quel endroit (poignet, gorge ou creux de l’aine) ? Quel est sa fréquence par minutes (ex : 84 battements par minutes).
- etc.

Donner un bilan lésionnel :
- le rachis est-il, ou semble-t-il, touché ?
- présence ou suspicion de fracture ? Où ? Voyez-vous l’os ?
- la victime présente-t-elle une hémorragie ?
- se plaint-elle de douleurs ? si oui où ?
- etc

Indiquer les premiers gestes effectués (couverture de survie, déplacement, immobilisation, compression...)
Indiquer quel matériel vous avez à votre disposition : trousse de secours, défibrillateur, brancard, etc.

Et surtout deux grands principes :
- RESTER CALME,
- DEMANDER TOUJOURS LA PERMISSION AVANT DE RACCROCHER (si les secours ont besoin de renseignements complémentaires ils vous poseront des questions, c’est pour cela qu’il ne faut pas raccrocher avant leur autorisation).

Si vous avez un peu d’expérience ou si vous y pensez il est bien de noter sur la main courante les actions que vous avez menées (heure de l’accident, gestes effectués, heure d’appel des secours, consignes particulières des secours, etc).

De plus en plus de structures sportives possèdent un défibrillateur externe automatique (D.E.A). Mais qui peut l’utiliser ?

Voici la réponse réglementaire :

Arrêté du 6 novembre 2009 relatif à l’initiation des personnes non médecins à l’utilisation des défibrillateurs automatisés externes.
Art. 1er − L’utilisation d’un défibrillateur automatisé externe par des personnes non médecins en cas d’arrêt cardiaque repose sur des gestes simples pour lesquels une initiation courte et pratique est de nature à augmenter le taux de survie des victimes. 
Art. 2. − Cette initiation, non obligatoire, a pour objet l’acquisition par la population des connaissances nécessaires à :
- identifier les signes permettant de reconnaître un arrêt cardiaque ;
- réaliser, auprès d’une victime d’un arrêt cardiaque, les gestes permettant d’augmenter les chances de survie.
 
Pour résumer toute personne, même non médecin ou non secouriste, peut utiliser un défibrillateur externe automatique (D.E.A), mais une formation non obligatoire augmente considérablement le taux de survie d’une victime en arrêt cardio-respiratoire. Je ne peux que vous conseiller de faire cette initiation !!!!

Après cette partie concernant les obligations des clubs de judo intéressons-nous à la trousse de soins.
 
Pour les clubs nous allons trouver sensiblement la même composition que pour la trousse personnelle du judoka, mais en volume plus important.
Toutefois cette trousse de devra pas comporter de médicament (car la réglementation pour les établissements accueillant des mineurs est formelle : seul une prescription médicale permet la délivrance d’un médicament à un mineur).

Nous retrouverons donc :

Protection et hygiène
  • des gants à usage unique (de plusieurs tailles de préférence)
  • des sacs permettant de récupérer les déchets
  • un gel hydro alcoolique et/ou un savon (si un point d’eau se trouve à proximité du tatami)
Pansement
  • sérum physiologique en unidose
  • désinfection en unidose et de préférence non coloré
  • compresses stériles (par paquet de 2 à 5)
  • pansement de différentes tailles (ou en bande à couper)
  • bande adhésive (de différentes largeurs car il faudra penser aux straps des doigts, genoux, cheville ou poignet par exemple)
  • sparadrap
  • bande en crêpe de type velpeau (r)
  • un corps gras pour les brulures (type tulle gras (r))
Saignement
  • mèches hémostatiques
  • compresses
Coup et hématome
  • vessie pour la glace (attention à ne jamais appliquer directement la vessie de glace sur la peau)
  • bombe de froid (respecter une distance de 15 à 20 cm avec la zone à traiter
  • poche de froid instantané (même recommandation que pour les vessies de glace)
Matériel
  • couverture de survie
  • écharpe triangulaire
  • une paire de ciseaux à bout rond
  • pince à écharde
  • attelle de cheville et de genou si possible
  • brancard si possible
Divers
  • sucre en poudre ou en emballage individuel
  • mouchoirs en papier
  • tableau des numéros d’urgence et utiles


Bien évidemment il faudra mettre l’ensemble dans un sac ou une boite assez grande et réservé uniquement à cet usage et rapidement identifiable.

Je conseille le sac ou une valise qui peut être emmené en compétition par les responsables du club par exemple.

A votre guise de compléter cette trousse pour la rendre plus efficace encore.

Il convient de vérifier régulièrement les péremptions et donc de s’astreindre à inspecter de manière périodique l’ensemble des matériels.

Pour rendre la tâche plus facile et plus rapide vous pouvez faire un tableau avec une colonne produit et en face une colonne avec la date de péremption inscrite au crayon à papier. Cela vous permets donc de voir rapidement quel matériel ou produit est périmé. Une fois remplacé dans la trousse il vous reste à changer la date dans le tableau.

En espérant que maintenant que vous avez une belle trousse de secours, elle restera dans un placard du dojo !