dimanche 1 décembre 2019

Judoka au tapis : un polar en marge du Judo


Judoka au tapis, un livre de Fabrice Dolian disponible sur le site rakuten.

Cet article est rédigé en toute indépendance par Yannis  du club de Judo Self défense de Marly-Le-Roi. Il bénéficie d'un partenariat l'auteur et le blog www.cestquoitonkim.com.



Chouette un livre ! J’ai toujours aimé ce moment où je vais profiter d’un tête à tête intime avec une œuvre, en dehors du quotidien. Dès la réception je reconnais là un livre autoédité et je me dis : pas de chance. Pas de chance, pour Fabrice Dolian qui sort son deuxième roman centré sur la région parisienne, après un premier policier qui se situait proche de Figeac, région d’origine de l’auteur. Pas de chance, que de tomber sur un amateur / dévoreur de livres qui affiche une nette préférence pour les écrivains du 19ème siècle pour leur qualité d’expression, à une époque où ils maitrisaient la grammaire latine comme une seconde nature. Pas de chance, car comme ceux qui n'ont pas une belle écriture, mais qui aime la littérature, je suis facilement critique.


Quelques éléments à améliorer


Pour un écrivain, démarrer un roman est difficile. Pour un roman policier c’est encore plus compliqué d’éviter de surjouer les codes du genre. Et là on retrouve l’odeur du tabac, le tabac froid, la bouteille de whisky et la déprime. Je trouve aussi que l’auteur utilise trop d’adjectifs et de poncifs faciles, alourdissant la lecture au détriment de l’histoire. 

Il y a aussi quelques imprécisions géographiques qui peuvent passer sous réserve de ne pas connaitre le lieu cité. Par manque de chance, j’habite dans les Yvelines et évoquer le lac de Saint-Germain-en-Laye suffit à me détourner de la lecture. Tout juste peut-on trouver un étang dans la forêt où les dériveurs labouraient le fond jusqu'il y a une dizaine d'année avant de ne plus du tout pouvoir avancer. Pour les familiers de la méthode Arc-En-Ciel DISC, les lecteurs ayant du bleu dans leur profil (« respect de la règle, des normes, … », pour faire simple) peuvent être sensible à ce genre de point.

Un style en devenir


En dehors de ces imperfections, J'ai apprécié le style d’écriture de l’auteur, même si j’ai regretté que sa qualité soit inégale le long du roman. Jouer avec le rythme est un exercice complexe et demande un travail important qui doit être en adéquation avec l'intrigue. Il faut souvent des années d’écriture et de nombreux manuscrits aux meilleurs écrivains pour contrôler ce rythme. Là, je sens les prémices qui pourraient déboucher sur ce résultat dans quelques romans. 

Une intrigue qui tient jusqu’au bout 


Dans cette histoire le Judo sert de toile de fond. L'auteur arrive à bien faire ressentir l'ambiance de ces pourtours de tatami, sans pour autant le rendre essentiel. On ressent ce côté agréable de connaitre les lieux, partout pareils, dès qu’on approche d’un dojo. A cela, se rajoute une bonne capacité de l’auteur à mettre en valeur ces querelles de clocher entre club, où les destinés des athlètes se confondent avec l’orgueil des entraineurs. L’intrique est relativement bien ficelée. Tout au long du roman, je me suis demandé : « Qui est le coupable ? », « A qui profite le crime ? », sans jamais réussir à résoudre l’énigme. 

Le personnage central est bien dessiné, tout en complexité entre différente facette de sa personnalité. Il peut facilement passer d’un côté tête brulée, à un « nounours » empathique prêt à se jeter dans la gueule du loup avec une naïveté déconcertante. 

Et des loups, le roman en est truffé. L’auteur nous surprend régulièrement, en utilisant la fibre sensible de son héros pour prendre des contre-pieds à chaque fois que les soupçons convergent vers un suspect. L’auteur maintient le suspense jusqu'au bout révélant les motivations particulières de tous ceux qui fréquentent ou ont connu le héros, Nicolas, dont la bonne étoile s’est décrochée le jour où il ne fut plus compétiteur.


En conclusion


En conclusion, j'ai apprécié lire ce livre. Il faut passer outre ma critique sévère sur certains points et le lire comme un bon divertissement. Mes remarques sont plus dues à la frustration des ces quelques éléments qui feraient passer l’auteur à un niveau supérieur. J'échangerai avec plaisir avec lui pour en discuter, moi qui suis meilleur critique qu'écrivain.

samedi 23 novembre 2019

Le judo 100 d'Outshock : un kimono pour débuter ou compléter

Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon


Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon


Bonne nouvelle, j’ai été suffisamment rapide pour être sélectionné parmi les lecteurs du blog Cestquoitonkim.com pour tester les nouveaux judogis de Décathlon (et oui, en s’abonnant à la newsletter on a des super plans). David ayant déjà testé le Judo 900 j’avais des vues sur le 500 à 550 g /m2. Eric ayant été plus rapide que moi, ce sera donc le Judo 100 à 350 g/m2 que je testerai. 

Après un premier envoi du 170 qui s’avère trop petit, finalement Décathlon m’a envoyé le 180 qui me va comme un gant (je mesure 1m76), avec en prime la possibilité de conserver le précédent. Merci donc à Décathlon pour mon « petit » ceinture bleu qui grandi et qui va commencer cette saison avec un kimono à sa taille (j’ai quand même fait la prise de mesure avant /après lavage que vous retrouverez à la fin).

Pour la petite histoire, je possède actuellement 3 judogis de grammage différents. Un Matsuru à fort grammage, façon armure, un Mizuno dans les 750 g/m2 et un vieux Décathlon léger d’un quart de siècle dont le pantalon vient de céder en Ne-Waza (merci Alain !). Je n’ai jamais eu une constitution à prendre de la masse musculaire et pour remplir le Matsuru il en faut. En dehors de gêner mon adversaire à la prise, il ne me colle pas vraiment à la peau. Je privilégie le Mizuno qui correspond plus à ma morphologie et c’est bien celui que j’amène en compétition. Le Décathlon me sert en intermédiaire, quand les autres ne sont pas encore secs ou si je suis en déplacement (moins de place dans le sac). 



DESIGN



Premier contact au relais colis, où le paquet m’attend en format mini, facile à glisser dans un sac à doc. L’Outshock est livré roulé et tenu par un élastique. Je vous passe l’exercice de découpe des élastiques et attaches (cf l’article de David sur le Judo 900). Je reviens néanmoins sur le lien qui rattache le pantalon à la veste qui ne permettra pas de séparer les deux parties pour ceux qui ont des morphologies en dehors de la moyenne. Mais à 25€ le Judogi, le client ne vient pas non plus exiger un costume sur mesure.

Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon

Le kimono a juste deux marquages sur la veste : une bande discrète Outshock sur l’épaule et les deux idéogrammes JU DO sur le bout du revers. Ce symbole est parfait pour expliquer aux débutant comment croiser convenablement sa veste. 

Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon


Au niveau de l’apparence extérieure, je retrouve la même courbe que sur le revers droit du Judo 900. Le judogi semble bien présenter et répond aux attentes. Maintenant, en étant moins dense, il tend à être régulièrement de travers dès que l’on s’agite un peu. En même temps, tant qu’il ne s’agit pas de s’entrainer dans une salle vitrée au regard de tous, je me sens capable de vivre avec ;-)




4 photos provenant du site Décathlon


QUALITE/PRIX

A 25€, ce doit être le meilleur rapport qualité / prix du marché. La veste reprend les codes des hauts de judogi avec un tissage qui le différencie des kimonos de karaté. Les coutures reprennent les standards des kimonos avec 5 lignes sur le col.


Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon
Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon

Les renforts pour les aisselles et la jupes sont présents et la taille du pantalon est retenu par un élastique, comme pour les enfants, avec une cordelette. 



Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon
Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon
Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon


Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon


Le résultat est quand même léger et comparé à mon vieux Décathlon, il me semble moins résistant, même si je n’ai aucune idée du prix de celui-ci lors de l’achat un quart de siècle plus tôt.



FIT/COMFORT

A porter, le judogi est plaisant. Pour le travail au sol, La souplesse du tissu permet de se déplacer facilement. 

Au niveau du travail debout, l’essai est plus mitigé. Pour les personnes qui travaillent avec moi, le travail du kumikata, des déséquilibres et du positionnement est facilité par cette souplesse du tissu. 

Par contre, au niveau des chutes, le ressenti est moins agréable. Après quelques belles chutes en Yaku-soku-geiko (sorte de combat où les partenaires laissent travailler leur opposant et accepte la chute avec facilité) je mesure l’intérêt de la densité de la veste. Clairement je ne me sens pas de faire un Nage No Kata dans le rôle de Uke dans cette tenue. Dans l’absolu quelques chutes ne sont pas pénibles, mais la répétition peut gâcher le plaisir. Pour un débutant moins soumis à des chutes fortes ou plus contrôlées quand il travaille avec des gradés cela devrait être moins dérangeant. 

Nouveauté pour moi, c’était la première fois que j’essayais un pantalon avec élastique et une cordelette. Après des années avec des kimonos avec un lacet passé en double puis lacé avec un double nœud pour éviter qu’il ne glisse, je dois avouer que j’étais un peu perplexe. Mais dès la première utilisation, je n’y ai trouvé que des avantages. Le pantalon tient bien, le lacet tient très bien et le port est confortable.

Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon


DURABILITÉ


Pour la durabilité, rien à dire pour l’instant, avec un rétrécissement très limité (-2% en moyenne) il figure parmi les judogi les plus stables. En même temps la présence de Polyester dans le vêtement doit aussi limiter le rétrécissement). D’ailleurs le pantalon, avec 65% de Polyester n’a pas rétréci en longueur (même constat pour le 170). 

Je n’ai pas non plus trouvé de signe d’usure ou de secteur abimé après ces quelques utilisations. 

Point essentiel pour les pratiquants réguliers, le Judo 100 sèche très rapidement (moins de 48h) même par temps humide).

Judo 100
A la réception
Après 3 lavages à 30°c et séchage naturel
Manche
-4%
71,0 cm
68,5 cm
Poignet :
-3%
20,5 cm
19,8 cm



Jambe :
0%
95,0 cm

95,0 cm

Cheville
-2%
23,0 cm

22,5 cm




 

NB : pour sa part, le 170 n’a perdu que 1% en moyenne. Les parties courtes ont perdu le plus (-3% pour le poignet et -2% pour les chevilles) alors que les parties longues sont stables (-1% pour la manche et aucun changement pour la jambe). Serait-ce le polyester qui permet de limiter le rétrécissement ? Je suis tenté de reprendre tous les essais du blog pour voir si ce sont toujours les parties longues les plus stables.




CONCLUSION

En conclusion, je suis content d’avoir pu tester le Judo 100. A l’usage, je ne devrais pas l’utiliser comme judogi principal, la finesse du tissu me dérangeant s’il doit y avoir beaucoup de chutes. Par ailleurs, j’attend de voir sa résistance après une séance intense de Ne Waza (travail du Judo au sol). Néanmoins, je trouve que le Judo 100 conviendra parfaitement à trois situations : 

1. Je pense qu’il est idéal pour débuter le judo. Le débutant peut ainsi découvrir le judo sans avoir à débourser une somme importante. Le Judo est déjà un des sports les moins chers à pratiquer, Décathlon permet ainsi d’augmenter l’accessibilité à ce sport. 

2. Par ailleurs, le Judo 100 peut aussi convenir aux licenciés qui pratiquent le Ju-Jitsu. La souplesse du tissu permet de faciliter les mouvements d’atémi, comme au karaté, et la veste permet des saisies plus pratiques et offre surtout une bonne résistance à la traction. Avec l’obligation pour le passage de la ceinture noire de pratique du Ju-Jitsu, le Judo 100 peut être un complément idéal pour alterner les kimonos entre deux lavages. 

3. En mode itinérant, ce judogi peut être aussi un avantage. Il rentre facilement dans un sac à dos avec une serviette, la ceinture et une gourde. Pour ceux qui ont des déplacements professionnels longs, qui veulent pratiquer le midi (et oui, il y a des dojos ouverts) ou même continuer à pratiquer aux Dojos d’été sur le chemin du retour du travail il conviendra parfaitement. Preuve à l’appui, voici les photos de mon dernier entrainement. 



Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon
Cestquoitonkim - Judo 100 - Outschock - Decathlon

 
Et pour les perfectionnistes, vous aurez remarqué qu’il reste de la place pour l’élément essentiel au débriefing d’après entrainement et reconstitution des sels minéraux (uniquement par pack de 6 et à consommer avec modération).



COMPLEMENT DE LA MARQUE


Tout d'abord merci d'avoir accepté de tester notre nouveau Judogi conçu essentiellement pour les débutants judokas adultes. Ces retours sont riches pour nous et nous aident à vérifier que nos produits répondent aux attentes des utilisateurs. 

Concernant les commentaires de Yannis nous sommes ravis de voir qu'un judoka ceinture noire se sente bien dans ce Judogi. Il ne fait pas parti du public ciblé en priorité et sera probablement plus exigeant qu'un débutant. Lire qu'il l'utilisera pour certains entrainements nous conforte dans nos choix de conception. 

Je vous fais notre retour également sur le premier envoi pour lequel Yannis a reçu un Judogi un peu juste en taille, il est bon de rappeler que nous avions envoyé le produit un peu à l'aveugle sans avoir vu le gabarit du testeur. (erreur de notre part don't act ;-) ) Pour tous nos produits je vous invite à choisir la taille correspondant à votre stature en cm, en prenant la taille juste supérieure. (exemple 186cm prenez la taiIle 190cm plutôt que 180cm) Il est préférable d'avoir un judogi un peu plus large pour le faire rétrécir au lavage si besoin en augmentant progressivement les températures dans votre machine plutôt que de prendre un judogi plus court qui ne s'allongera plus c'est sûr. 

Il y a par ailleurs un point d'étonnement nous concernant pour la notation du Fit/Confort pour lequel nous sommes évalué à 2. A la lecture du contenu, je ne ressors quasiment que des points positifs pour le bien allé (je cite "le 180 qui me va comme un gant", "plaisant", "souplesse", "facilement", "le lacet se tient très bien et le port est confortable" entre autre) nous prenons l'opportunité proposée par David pour exprimer le décalage de ressenti entre la lecture et la notation. 

On en revient à la difficulté d'évaluer un produit pour débutant quand on utilise de manière récurrente des produits plutôt expert comme Yannis. Ce Judo 100 reste un produit pour faciliter l'accessibilité au Judo à moindre prix il est donc important de ne pas le comparer avec les Judogis haut de gamme de notre offre ou des autres marques internationales. 

A très bientôt et nous espérons continuer de vous voir pratiquer le Judo avec nos Judogis! D'autres produits arrivent en 2020 alors suivez nous sur Judo by Decathlon !!!

jeudi 31 octobre 2019

Dirigeants, 5 conseils pour pitcher votre club




Faire partie de l'équipe dirigeante du club, quel plaisir et en même temps quelle galère ! La passion est là. Les projets ne manquent pas et dans le même temps les moyens sont sans limites limités. Un vrai casse-tête. 

Commence alors un chemin de croix : recherche de subventions auprès de représentants d'administrations, recherche d'entreprises favorables au judo et prêtent à mettre la main à la poche, trouver qui, parmi les parents d’élèves ou les élèves adultes, pourraient favoriser certaines démarches, recrutement de judokas de talent ... Bref ! L'équipe dirigeante se doit de convaincre différents interlocuteurs. Elle doit partager sa vision. 

Pour les aider, il existe une arme de conviction massive : le pitch. En deux mots, c'est une présentation orale dont le but est de proposer un projet en quelques minutes. Un livre m'a été conseillé lors d'une initiation au pitch et je me suis dit que ça valait le coup de vous en parler. N'hésitez pas à me dire si j'ai eu raison en commentaire :-)

Je partage avec vous 5 conseils extrait du livre "Parler en public : TED le guide officiel" aux éditions J'ai Lu et commenté par mes soins.  Un livre écrit par Chris Anderson qui gère les fameuses conférences TED depuis 2001. Les Ted c'est quoi ? Des conférences où des personnes ont 18 minutes pour captiver un auditoire et le faire adhérer et/ou réfléchir sur des idées nouvelles.

Certains vont me demander la référence pour obtenir le livre et aller plus loin, je vous donne dès maintenant le lien comme ça c'est fait : lien vers le livre

C'est parti pour les 5 conseils !


Conseil 1 : Préparer un plan avec un fil conducteur. C'est la base selon l'auteur. La tentation peu être grande de se lancer directement dans un discours. Le risque : partir dans des détails inutiles pour celui qui les entends. L'objectif est de convaincre. Il faut mettre toutes les chances de son côté. Il faut investir du temps au démarrage. Cette "épine dorsale" du discours permettra de faire le tri dans toutes les idées que vous pourriez communiquer pour choisir les plus percutantes quitte à mettre sous le tapis certains éléments. Un des exemples de plan est le suivant :
  • Introduction : on établit le sujet 
  • Contexte : on explique l'importance
  • Idées principales
  • Implications pratiques
  • Conclusions

Conseil 2 : Votre discours est un cadeau pour ceux qui vous écoutent. Faîtes en sorte qu'ils comprennent ce que vous dîtes. Pas de jargon judo ou associatif. Selon Chris Anderson "La magie du langage n'opère donc que si l'intervenant et les spectateurs le possèdent en commun". Devenez donc des magiciens ;-)

Conseil 3 : Faîtes vivre votre fil conducteur (conseil 1) grâce à différents outils mobilisables en tout ou partie selon vos choix : le contact, la narration, l'explication, la révélation. Sans vouloir résumer le livre, le contact est l'art de se synchroniser avec l'auditoire. Montrez votre côté humain et chaleureux y compris votre vulnérabilité.  La narration est l'art de conter une histoire qui tient en haleine son auditoire. Il nécessite encore plus de bien préparer son discours et un talent de conteur. L'explication doit intrigué et piqué la curiosité en suscitant des interrogations parmi l'auditoire. On part du présent pour introduire un à un les concepts grâce à des métaphores et des exemples. La révélation c'est la recherche de l'effet "waouh". Faîte rêvez votre auditoire en leur parlant de l'avenir est un des moyens cité dans le livre. Faîte les devenir des héros en les embarquant dans le projet.

Conseil 4 : Connaissez votre style et ne vous en laissez pas imposé un autre. Quand je dis style, je pense à la méthode pour délivrer votre message le jour J. Chris Anderson indique dans son livre deux familles : ceux qui rédigent intégralement leur texte pour le lire et/ou le réciter et ceux qui préfèrent structurer leur discours sans pour autant le rédiger et laissez place à la spontanéité. Essayer. Tester vous. Trouvez votre style. Les deux ont leurs avantages selon l'auteur.

Conseil 5 : Devenez des magiciens. Tester votre pitch sur vos amis avant de le délivrer à la bonne audience. Tant pis pour eux, ils vont passer un sale quart d'heure. C'est pour la bonne cause. Vous verrez bien s'ils sont captivés par votre message ou s'ils décrochent complètement. Choisissez des personnes qui iront au delà du poli "c'est très bien" pour vous dire droit dans les yeux ce qui ne va pas. J'ai extrait du livre de Chris Anderson les principales questions à poser à l'issue de votre présentation :

  • Ai-je capté votre attention dès le début ?
  • Suis-je parvenu à établir un contact visuel ?
  • Y avait-il assez d'exemples ?
  • Le ton et le rythme étaient-ils assez variés ?
  • Est-ce que j'avais l'air de recraché du par cœur ?
  • Et mon humour ? Naturel ou raté ? Est-ce que j'en ai mis assez ?
  • Avez vous remarqué un truc qui clochait comme faire claquer ma langue ou un tic de langage ?
  • Y a-t-il eu des temps morts où vous êtes dit : "c'est un peu long"  ? Y a-t-il des choses que je peux couper ?

 Réajuster le tir en fonction.


J'espère que vous ferez un bon usage de ces 5 conseils. Ce petit recueil de conseils sur l'art du pitch à la sauce Ted est agréable à lire, très inspirant et je trouve qu'il donne confiance dans sa capacité à prendre la parole. Notamment les passages sur la vulnérabilité en tant que force pour l'orateur. Je m'arrête là, difficile de tout résumer. Je peux juste vous dire que bien d'autres conseils vous attendent dans "Parler en public : TED le guide officiel" aux éditions j'ai lu. 

Je vais garder ce livre dans un coin de ma bibliothèque pour le lire et le relire. J'espère que cet article vous sera utile. Tous mes vœux de réussite dans vos projets et si vous avez des astuces n'hésitez pas à les partager en commentaire. 

Pour terminer je ne résiste pas à l'envie de vous partager une petite vidéo issue d'un TED (Ted en anglais sous-titré en français).  Bye.




______
Merci aux éditions J'ai lu de m'avoir mis à disposition un exemplaire du livre suite à ma demande.
Merci aux membres du groupe cestquoitonkim. Ils comprendront :-)

samedi 12 octobre 2019

Réforme de la progression Française du Gokyo de 1920 à 2019

Porgression Française Gokyo


Daniel Fournier, entre autre, administrateur de la page Culture Judo vous propose un article sur la réforme de la progression Française du Gokyo de 1920 à 2019. Bonne lecture.

Référence historique du Gokyo Kodokan Judo de 1920

Si Kano shihan à révisé son Gokyo de 1895, il s’appuyait sur un fait pertinent que la progression ne devait pas être focalisée sur Tori mais plutôt sur Uke. En effet à cette période il n’existait aucun apprentissage spécifique des ukemi (chutes) et cet acquisition se faisait qu’au travers des projections réalisées par tori (conférence Carl de crée 2005). Nous le voyons bien dans les diverses photos des pratiques de cette époque, aucune photo ne montre les étudiants du Kodokan dans des phases de travail des Ukemi.



1992, première réforme de l’apprentissage Français

En 1992 un classeur destiné aux enseignants montre la progression qui sera appliquée jusqu’à ce jour. Nous avons un apprentissage différent, et les étudiants apprennent en dehors du Gokyo l’art des Ukemi (chutes).

Donc cette méthode met un accent particulier sur une progression douce pour Tori dans des techniques simples à réaliser. Le principe étant qu’au fur et à mesure de l’enseignement Tori réalise des techniques de plus en plus complexes.



2019, nouvelle réforme du Gokyo Français

Cette année est enfin paru la nouvelle progression Française, et celle-ci a une cohérence pédagogique dans son évolution. En effet en fonction de l’âge des étudiants (à partir 6 ans) et propose jusqu’à la ceinture Orange une étude dans laquelle Tori est stable par des techniques où il a ses deux pieds au sol (voir un pied et un genou), d’ailleurs les premières techniques seront des Otoshi dans lesquelles Uke chutera de moins haut. Puis les chutes seront plus haute mais maîtrisée par tori (Uki-goshi et O-goshi) et enfin des chutes simples ne présentant pas de difficultés particulières (De-ashi-harai, Ko-soto-gari etc …).




Par la suite cette progression fera évoluer Tori vers la pratique de projection avec de grandes amplitudes et du travail de Tai-sabaki etc...

Cette nouvelle progression se rapproche au plus prêt de l’esprit de Kano shihan dans lequel il se doit d’y avoir une progression mutuelle entre les deux partenaires que sont Tori et Uke.

Même si ce livre très bien conçu, comportant de nombreuses photos et clair dans ces explications, représente un coût non négligeable pour les enseignants (tout les clubs n’ont pas les moyens financier de l’offrir à leurs enseignants) il est incontournable et doit absolument être acquis par tout les éducateurs de Judo. Grande ligne de la nouvelle progression :

Initiation 1 Tori stable sur ses appuis. Uke réalise des chutes de petites hauteurs. Uke réalise des chutes simples.

Initiation 2 Tori : Educatifs de rotation et de placement. Progression vers les techniques à un seul appui. Abord de la réaction droite/gauche.

Perfectionnement global 1 Passage aux techniques de grande amplitude sur un appui. Réaction droite/gauche. Principe du Kake. Introduction au Sutemi.

Perfectionnement global 2 Techniques de soulevés.

Perfectionnement Individualisé 1 Apprentissage des saisies de jambes (interdites en compétition). Apprentissage de l’énergie de l’attaquant contre lui-même. Apprentissage de l’utilisation de son corps pour projeter avec les Makikomi.

mardi 1 octobre 2019

Audible : ça vaut vraiment le coup pour un judoka ?



Si vous aimez les livres, si vous aimez les podcasts, si vous dirigez un club, si vous avez de long trajet en transport, si vous aimez apprendre alors cet article va peut-être vous aidez à identifier si le service Audible est intéressant pour vous.

L'idée de cet article m'est apparu lors d'une journée d'été. Je patientais entre deux trajets sur un quai parisien en attendant mon train. Là devant moi une publicité pour le service Audible. Ce service d'Amazon propose des livres audios. Des livres à écouter n'importe où. Une question à commencer à naître dans mon esprit. Ce service peut-il être utile pour les judokates et les judokas ?

Je vais tenté d'y répondre simplement en observant le catalogue de livres à écouter et en testant moi-même le service grâce à l'offre d'essai gratuite.

Concernant le catalogue de livre audios, on ne va pas se mentir, l'offre est assez pauvre question judo pur.  L'offre semble, par contre, un peu plus étoffées sur les à-côtés du judo.





Chacun des titres de livres renvoient vers la fiche du livre où il est possible d'écouter un extrait. C'est bien utile même si les extraits, de l'ordre de quelques minutes, sont un peu trop court  à mon goût pour ce faire une vrai idée du livre. 

J'espère que ce petit tour d'horizon vous éclaire sur le catalogue de livres à écouter.

Personnellement, j'ai eu envie de tester le service. J'ai cliqué sur offre d'essai gratuite et me suis connecté à mon compte. Amazon me demande alors mon numéro de carte bleu. Je vous avoue je suis pas très fan de devoir donner mon numéro de carte pour bénéficier d'une offre d'essai gratuite. En même temps, il est possible de résilier l'abonnement pour éviter de se faire facturer si l'offre d'essai ne donne pas envie de poursuivre. Pour la bonne cause, j'ai donné mon numéro de carte et j'ai confirmé ma demande d'essai du service Audible.

Bien loin du judo, un livre me fait de l’œil. Je commande donc pour le test le livre Disruption: Intelligence artificielle, fin du salariat, humanité augmentée. J'appuie sur sur le bouton "acheter avec un crédit Audible". Après avoir cliquer je découvre que le livre peut être écouté uniquement via l'application Audible sur smartphone et tablette ou via le site Audible pour les mac et les PC. Je pensais recevoir un mp3 pour pouvoir l'écouter dans le métro. C'est un peu plus compliqué que je ne pensais. Je démarre une recherche sur le web pour pouvoir disposer d'un mp3  ...

Eureka ! J'ai trouvé. Il existe un moyen pour le faire. Il va falloir retrousser ses manches. Tout d'abord il faut télécharger l'application Audible Download Manager pour recevoir le livre au format aax. Puis il faut convertir le fichier aax sur le PC en fichier mp3 via le le logiciel openaudible. Vous pouvez observer la vidéo en anglais ci-dessous pour mieux comprendre. Ça a bien fonctionné pour moi :-)



N'oubliez pas si finalement le service ne vous satisfait pas, il convient de se désabonner en allant sur Bonjour <votre nom> ! puis mon compte et résilier mon abonnement comme la vidéo en anglais ci-dessous le montre.




Voilà j'espère que cet article vous aura aidez à identifier si le service Audible est intéressant pour vous. Je laisse à chacun le soin de répondre à cette question. Bye et à très bientôt.

vendredi 20 septembre 2019

Comment j’ai mémorisé les 97 techniques de l’UV2 : la carte heuristique


Yannis ceinture noire au judo self-défense Marly-Le-Roi et créateur de la société SoPerform ! présente son astuce pour mémoriser sereinement les 97 techniques de l'uv2 : la carte heuristique ou autrement appelé mind mapping. 
Bonne lecture !


Déjà 22 ans que je suis ceinture noire, 22 ans régulièrement interrompus par des blessures et trois paternités. J’ai repris sans interruption depuis 5 ans et il est temps de songer au deuxième dan. Les unités de valeur (U.V.) ne sont plus les mêmes. Si les 100 points en combat et les katas restent inamovibles, la nouveauté en 2019 concerne cette U.V. 2 qui agite les discussions dans les vestiaires depuis plus d’un an. 


Problématique



Je me penche sur les textes et je me dis qu’il va falloir trouver des réserves de mémoire ! La liste du référentiel technique comporte 82 noms répartis en 7 colonnes (52 debout et 30 au sol), auxquels viennent se rajouter les 15 attaques imposées. Nous en sommes donc à 97 prises à retenir en tant que Tori, mais aussi pour mon Uke. L’objectif est dans six mois, un travail conséquent !

Je me rends compte aussi après discussion avec mon professeur que j’avais sous-estimé l’autre partie de l’U.V.2, la démonstration technique. Cette démonstration consiste en une présentation d’une technique debout, une autre au sol, puis une technique de défense Ju-Jitsu. Je vais devoir préparer une prestation complète en montrant les fondamentaux, mais aussi différents enchainements, opportunités, contres, points de contrôle… avec aussi en tête cette remarque sur mon travail de défense : « on voit bien que tu ne fais pas de Ju-Jitsu ! ».

Je commence à travailler mon geste. Je note, raye, teste des enchainements, des réactions en essayant d’apporter quelque chose liée à ma pratique du judo. Au fur et à mesure la liste s’allonge, se complexifie et mon Uke et moi répétons inlassablement. Et les premières difficultés apparaissent. Les plus fréquentes sont liées à la mémoire, avec les 97 techniques à retenir dans leurs noms japonais mais aussi l’ordre des séquences des prestations de la partie technique. Cafouillages, inversions, synchronisation aléatoire entre Uke et Tori s’éparpillent le long de la prestation. Le temps devrait répondre à cette problématique, mais il est déjà consacré en grande partie à une famille de 3 enfants et des journées de travail bien remplies.

A cela s’ajoutent des aspects de logique qu’un juge expérimenté aperçoit immédiatement, des redondances (trois utilisations de Ko Soto Gari c’est deux fois de trop) ou des oublis flagrants (pourquoi n’utiliser que deux types contres?).


La Carte Heuristique à mon secours



Et là le déclic s’opère. J’utilise au quotidien un outil formidable, non seulement pour mon travail, mais aussi pour ma vie personnelle : la carte heuristique, ou mind-mapping. Pourquoi ne pas utiliser la carte heuristique pour l’U.V.2 avec tous les apports en réflexion, en efficacité, en créativité et en productivité que m’apportent ces cartes au quotidien ? La formalisation de la méthode date des années 1970 et s’est développée depuis. La carte heuristique permet de synthétiser sous la forme d’une carte, de mots clés selon les informations et idées de notre cerveau. La carte heuristique se présente sous forme de graphique avec ou sans couleur, des dessins ou symboles avec des branches et ramifications en fonction de votre façon de retenir les prises. Pour plus d’informations, vous pouvez vous renseigner sur le site de Stéphane Perchant, un ami judoka, que je considère comme le spécialiste de la formation à la carte heuristique : www.sp-mind.com.

Voici un exemple de ramifications que j’ai utilisé pour mémoriser les immobilisations. Cette façon de présenter les prises correspond à ma façon de penser*.

J’ai regroupé les immobilisations en deux groupes : contrôle costal (Kesa Gatame) et sternal (Shiho Gatame). Premier avantage de cet embranchement, je reprends les mots japonais racines et je facilite ainsi la mémorisation des cinq prises, puisque je n’ai plus les deux derniers termes à retenir. Ensuite, j’ai décidé de raccrocher les variations (Kuzure) à la technique de base. 



Après avoir mis sous forme de cartes heuristiques les sept catégories de prises à retenir (les 82 prises!), je me lance dans la transformation de mes notes en carte. Ci-dessous, je vous présente la première version. Trois défauts sautent aux yeux : 
  1. Les enchainements et les contres sont un peu « maigres » par rapport aux opportunités. Elles comportent deux prises alors que je présente quatre opportunités pour faire tomber mon Uke. 
  2. A deux reprises je fais chuter sur Ko Soto Gari, dans les enchainements, puis dans les contres. 
  3. Démontrer le blocage puis le refaire avec le contre à chaque fois est peut-être un peu complexe.


Je ne dois pas oublier non plus que l’ensemble de la prestation, Debout, Sol et Défense doit rester dans les 5 minutes réglementaires.

Deux choix s’offrent à moi. Soit, je réduis le nombre de techniques présentées en opportunités, soit je rajoute des enchainements et des contres. Il s’agit là d’une prestation technique pour le deuxième dan, la première option ne doit pas en être une ! je vais donc rajouter une technique supplémentaire pour les deux groupes, remplacer un des deux Ko Soto Gari. Pour rester dans les cinq minutes j’enlève mon Haraï goshi des opportunités et je maintiens la démonstration des blocages avec les contres.

Finalement, ma carte me permet d’avoir une prestation équilibrée entre les différentes parties et d’éviter les redondances. Par ailleurs, elle m’a permis d’échanger facilement avec mon Uke, non seulement sur la mémorisation des séquences, mais aussi sur la logique des placements et des réactions du tandem.



Une U.V. validée avec succès



Le samedi fatidique arrive et je me présente à l’U.V.2. Tout se passe comme prévu, pas d’erreur ou d’hésitation, le dynamisme de la prestation est là et l’UV est validée ! Le juge nous félicite sur la qualité du travail mais je retiens surtout le rendu, satisfaisant mon côté perfectionniste.

L’utilisation de la carte heuristique m’a permis de mémoriser plus facilement toutes les prises et les séquences. Elle a aussi facilité la présentation d’un travail technique équilibré et m’a permis de travailler O Soto Gari sous toutes ses facettes.


A vous de jouer



Vous pourrez utiliser cette carte pour passer votre propre examen, mais essayez de la personnaliser, chacun a ses forces, faiblesses et formes de corps qui imposent des réactions et techniques différentes. Une fois votre U.V. validée, « likez » la page Facebook de mon club (Judo Self défense Marly-Le-Roi) et laissez-moi un message. Bonne chance !

Je remercie mes professeurs, Franck et Patrick, qui m’ont aidé à préparer cet exercice. Je tiens particulièrement à dire merci à Séverine qui a sacrifié un nombre incalculable d’heures de judo pour me servir d’Uke. L’ensemble des graphiques a été mis en forme par Stéphane, formateur en cartes heuristiques.

*Dans mes fiches finales, j’ai inséré des images récupérées sur internet et que je n’ai pas reproduit ici pour respecter le droit d’auteur des dessinateurs. Logiciels utilisés : X Mind, Ithoughts